Moustique tigre – recommandations ARS

Moustique tigre – Recommandation de l’ARS

Les virus de la dengue, du chikungunya, et, depuis 2015, du zika, sont présents sur tous les continents de la zone intertropicale (Amérique centrale et du sud, Afrique, Indonésie). Ainsi, les territoires français comme les Antilles française et les iles françaises du Pacifique et de l’océan Indien, sont régulièrement concernées par des épidémies liées à ces maladies transmises par les moustiques.

Le moustique tigre, vecteur potentiel de ces maladies, est présent dans notre région depuis 2012. Il y a donc un risque de circulation de ces maladies dans les départements concernés, à la suite de l’introduction du virus par un voyageur malade : le moustique tigre se contamine en le piquant et devient ainsi capable de transmettre la maladie dans le proche voisinage en piquant des personnes saines.

Il va piquer principalement à l’extérieur des habitations, pendant la journée, avec un pic d’agressivité à la levée du jour et au crépuscule.

Protégez-vous des piqûres de moustique

  • Portez des vêtements longs et protégez vos pieds et vos chevilles.
  • Imprégnez vos vêtements avec un insecticide répulsif.
  • Utilisez des répulsifs cutanés, ils contiennent un principe actif qui éloigne les insectes sans toutefois les tuer. Des précautions d’emploi sont à respecter, renseignez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

Voyageurs, protégez-vous pour ne pas importer de virus en France métropolitaine

Pour éviter l’introduction et la transmission des virus de la dengue, du chikungunya et du zika en métropole, il est rappelé aux personnes se rendant dans les zones où circulent ces trois virus de se protéger des piqûres de moustiques sur place et à leur retour à domicile.

En cas de symptômes évocateurs de ces maladies (maux de tête accompagnés de fièvre, douleurs articulaires ou courbatures, éruption cutanée…) survenant dans les 15 jours après le retour d’un pays à risque, il est recommandé de consulter sans tarder son médecin traitant.

Le moustique tigre se développe surtout en zone urbaine et péri-urbaine, dans des petites quantités d’eau, et se déplace peu au cours de sa vie (100 mètres autour de son lieu de naissance). Ainsi, la destruction par tous de ses gites de reproduction afin de limiter les nuisances liées à ses nombreuses piqures est essentielle.

Pour lutter contre sa reproduction, il faut supprimer les lieux de ponte et de repos par des gestes simples !

Les produits anti-moustiques (insecticides, répulsifs) ne suffisent pas.

  • Supprimerles gîtes larvaires potentiels, c’est-à-dire supprimer toute eau stagnante au domicile et autour, entretenir les espaces extérieurs, évacuer les feuilles mortes.
  • Vider les vases, les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable humide.
  • Supprimer ou vider régulièrement les petits récipients pouvant contenir de l’eau dans les jardins.
  • Couvrir les bidons de récupération d’eau de pluie pour les rendre inaccessibles aux moustiques (les couvrir d’une moustiquaire ou d’un tissu fin), retourner les arrosoirs.
  • Prévoir une pente suffisante pour que l’eau ne stagne pas dans les gouttières et les curer pour veiller à la bonne évacuation des eaux de pluie.
  • Ranger à l’abri de la pluie tous les stockages pouvant contenir de l’eau : pneus, bâches plastique, jeux d’enfants, mobilier de jardin, pieds de parasols…

Ces gestes simples réduisent efficacement le risque de présence du moustique à proximité du domicile. Ils sont indispensables pour limiter la prolifération des moustiques et pour protéger votre entourage.